Amélioration de la Vie
des Adultes Grands Handicapés Physiques

Parents : Soyez vigilants sur l'évolution de la « prise en charge » de votre enfant.

  • * CLIS  : Classe pour L'Inclusion Scolaire
  • * SEGPA : Section d'Enseignement Général et Professionnel Adapté.
  • * IME : Institut Médicalisé pour Enfant
  • *ULIS : Unité Localisée pour l'Inclusion Scolaire (collège, lycée général ou professionnel)

Après vous avoir énoncé les prises en charges, votre enfant obtient peut-être une AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire) pour l'accompagner au cours de sa maternelle. La classe comprend que le copain porte un handicap et cela peut s'avérer une réussite car l'école devient ainsi le premier lieu d'apprentissage et d'accueil de la différence. Les bienfaits pourraient être très importants si on pouvait pérenniser et professionnaliser les auxiliaires de vie scolaire et leur attribuer davantage d'heures auprès de l'enfant.

En cours Préparatoire (CP), vous a t-on laissé le choix ?
Les enfants handicapés, en grande majorité, sont orientés en CLIS*, une classe spécifiquement aménagée (comprendre un petit groupe maximum 12 élèves dans les établissements publics). C'est déjà un classement des enfants qui portent une déficience intellectuelle, physique ou comportementale qui sont « à l'écart » bien qu'ils partagent certaines activités avec « les autres » comme la musique, le sport, l'éveil aux sciences … L'objectif est de leur permettre un suivi au plus près de leurs capacités tout en restant dans le milieu scolaire.

Personne ne se rebelle : ni l'enfant, trop jeune pour comprendre, ni les parents à qui on a démontré la voie générale dissuasive et qui font le deuil de la scolarité dont on aurait rêvé pour son enfant.

En section CLIS, il suffit d'interroger les professeurs des écoles, dont c'est souvent la première affectation pour la plupart une fois diplômés, pour comprendre que l'autonomie de l'enfant est déjà compromise. En primaire, il y a peu de chances que votre enfant sache lire et écrire car cela relève de la mission impossible  lorsqu'il s'agit d'instruire un groupe, 12 élèves en moyenne, composé de troubles différents mais dont le QI peut être très satisfaisant. Il faudrait développer le parcours de formation des professeurs (besoins éducatifs particuliers, aide à la scolarisation des élèves handicapés).

Si le retard est pris en primaire, votre enfant n'a plus qu'à être dirigé en classe de 6ème :

  • en section SEGPA *. La section « fourre tout », avec des enfants presque dé - scolarisés.

Si le retard est « surmontable », votre enfant pourrait être dirigé en 6 ème :

  • En section ULIS *, qui regroupe les élèves présentant le même type de handicap.

Si le handicap est jugé trop lourd, notamment physique, c'est l'institution IME * qui est proposée, voire même imposée.

Au sein de l'IME, on rassure : « votre enfant est accueilli dans les meilleures conditions » avec pour preuves à l'appui, un projet d'établissement, un projet individualisé … mais il suffit de s'entretenir avec le personnel (Educateur spécialisé, Aide Médico Psychologique...) pour comprendre que l'IME est en sous effectif avec un personnel prêt « à craquer », financement oblige.

L'enfant devient inévitablement un assisté : il dépend physiquement et subit.
Dans un IME, apprendre à lire, à écrire ? Combien de parents ont-ils entendus « Non, votre enfant n'a pas les capacités d'apprendre » et combien de parents ont réussi malgré tout à faire en sorte que ce même enfant apprenne à lire, à écrire : les bases de l'autonomie.

L'autonomie s'apprend dès le plus jeune âge. Optez pour le bien-être de votre enfant en visant pour lui une évolution à son rythme dans l'apprentissage.

Vivre Debout est disponible pour entendre, comprendre chaque cas et vous conseiller dans la rédaction et dans l'appui du projet de vie de votre enfant présenté à la MDPH (la prise en charge actuelle ne correspond plus aux aspirations ?

Une personne accueillie en institution souhaiterait vivre à son domicile ou inversement...).
Les différentes CHA peuvent être consultées en fonction des demandes et de l'expertise de chacune (droits, instruction, accessibilité, aides techniques, emploi direct...).

En cours d'écriture : témoignage d'une maman.